Téléchargez cette étude de cas
Accueil  /   Études de cas  /   L'aménagement du territoire  /  East Gwillimbury : Plan énergétique communautaire

Ville d’East Gwillimbury : Plan énergétique communautaire

Impliquez-vous dans
Ma municipalité efficace
 

Recherche par critères

Titre du projet : Ville d’East Gwillimbury : Plan énergétique communautaire

Nom de la municipalité : Ville d’East Gwillimbury, Ontario

Description du projet :

East Gwillimbury est une collectivité rurale située à 60 kilomètres au nord de Toronto. On prévoit que sa population, qui compte actuellement 23 000 habitants atteindra 88 000 habitants d’ici 2031, et peut-être même 150 000 habitants d’ici 2051. La plupart des résidents travaillent dans le Grand Toronto. Or, la Ville souhaite devenir bien plus qu’une autre ville-dortoir du Grand Toronto. Elle compte bâtir entre 40 000 et 50 000 logements et créer 75 000 emplois locaux au cours des 40 prochaines années. La Ville s’est engagée à entreprendre un développement qui soit responsable sur le plan environnemental, et à bâtir des logements et des quartiers qui consomment moins d’énergie que des lotissements traditionnels.

La première étape a été de recueillir des données sur la quantité d’énergie et d’eau consommées par les sociétés et les résidences. L’équipe de projet a également évalué les niveaux de GES générés par l’industrie et le transport. Ces données de base ont été utilisées pour établir des cibles de réduction et pour élaborer des lignes directrices en vue d’adopter de nouvelles pratiques.

L’étape suivante a consisté à recueillir de l’information sur les pratiques exemplaires en construction et en transport écoénergétiques ainsi qu’en matière d’utilisation efficace de l’eau et de l’énergie. La Ville a ensuite mis sur pied trois séances de consultation avec des promoteurs, le conseil municipal et le personnel de la ville et avec les résidents.

Le plan préconise la construction, dans certaines zones à haute densité, de systèmes énergétiques collectifs modernes. Le plan recommande que d’ici 20 ans, 25 % de la chaleur de la Ville soit produite au moyen de combustible non fossile. Le PEC est perçu comme un élément clé des initiatives municipales visant à atteindre une croissance rapide de sa population et de l’emploi pour éviter qu’il ne soit qu’un exercice théorique, le projet a été conçu pour être mis en œuvre rapidement et facilement. Il cible les quartiers qui conviennent le mieux à la réalisation de nouveaux projets immobiliers et à une croissance importante de la population. Les résidences de ces quartiers seront bâties en vertu de méthodes de construction écoénergétiques et seront situées à proximité du réseau de transport en commun. Le plan identifie également des zones où les nouveaux emplois pourraient être concentrés.

Il est prévu que le plan réduise de moitié les émissions de GES par personne, et de 80 % la consommation d’eau par personne, au cours des 30 prochaines années. Pour les résidents, cela signifie que le prix de l’énergie et de l’eau serait plus faible que dans les villes environnantes et moins sujet aux fluctuations des prix et de l’approvisionnement. De plus, la Ville espère que les résidents seront fiers de ces réalisations, obtenues par l’entremise d’actions écologiques.

Le conseil municipal a adopté le PEC en décembre 2009. La Ville a commencé à travailler sur des projets issus de ce plan et a élaboré une stratégie globale de mise en œuvre. Une initiative s’inscrivant dans ce plan était la création d’une société d’énergie du district pour exploiter les réseaux énergétiques du district et veiller à assurer un service à qualité élevée et à prix réduit. Cette nouvelle entreprise aiderait la Ville à suivre les progrès en matière de réduction d’émissions de GES.

« Pour la plupart des municipalités, s’attaquer à la question de l’énergie est se lancer en terrain inconnu, a expliqué Dan Stone, le gestionnaire municipal de la planification des politiques. Il est très important de travailler de concert avec les fournisseurs locaux d’énergie pour recueillir toutes les données nécessaires. » M. Stone a ajouté qu’il est important de faire participer le grand nombre possible de membres de l’administration locale.

De plus, M. Stone a affirmé qu’il est important d’embaucher un chef de projet et un expert-conseil qui peuvent expliquer le projet en des termes simples. À l’avenir, la Ville considérerait tenir des consultations publiques plus tôt, pour obtenir les commentaires des membres de la communauté dès le départ. L’aspect le plus important de ce type de projet est qu’il obtienne suffisamment d’appuis politiques et de direction pour en assurer la mise en œuvre.

Population : 23 000 habitants

Dates de début et de fin du projet :
2008 à novembre 2009



Coûts du projet :

Coût total du projet 273 500 $

Recours au(x) programme(s) d'aide financière suivant(s) :

Fonds municipal vert (FMV) de la Fédération canadienne des municipalités (FCM) 129 250 $

Personne(s) contact :

Municipalité
Ville d’East Gwillimbury
Dan Stone
Gestionnaire, planification des politiques
905 478-3806
dstone@eastgwillimbury.ca

Firme de génie conseil
Garforth International LLC


Notes

Pour télécharger l'étude de cas du Fonds municipal vert

Pour télécharger le rapport du Fonds municipal vert (anglais seulement)