Impliquez-vous dans
Ma municipalité efficace

L’éclairage représente souvent de 20 à 50 % de la consommation d’énergie électrique des bâtiments. Ainsi, comme un remplacement typique de l’éclairage donne des gains énergétiques, les économies deviennent rapidement significatives pour tout gestionnaire. Les bénéfices du remplacement de l’éclairage vont toutefois bien au-delà de l’efficacité énergétique en ce sens que les nouveaux luminaires offrent pour la plupart une visibilité accrue pour l’être humain (rendu des couleurs élevé), une plus longue durée de vie (jusqu’à 100 000 heures), moins de mercure, ainsi qu’un réajustement et une uniformisation des niveaux d’éclairage.

En effet, un luminaire possède plusieurs attributs qui varient selon le type de lampe:

  • Indice de rendu de couleur (IRC)
  • Couleur
  • Éclairement et efficacité (lux et lumens/watt)
  • Durée de vie


Chacune de ces caractéristiques devrait être prise en compte dans le choix du système d’éclairage afin d’opter pour le système qui répond le plus efficacement aux besoins. De plus, il est possible de faire appel à des équipements et techniques d’optimisation (réflecteurs, ballasts, pilotes, générateurs, hauteur des installations, systèmes de régulation) afin d’en arriver à un système d’éclairage des plus performants.

En plus de ces éléments, un bon projet d’éclairage prendra en compte les effets croisés engendrés par la chaleur que dégagent les luminaires, de même que les normes et standards existants pour déterminer les niveaux d’éclairement adéquats. Les choix devraient également viser à minimiser l’impact environnemental du projet.

Les trois piliers d’un éclairage efficace

Dans le choix d’un luminaire, il est tout aussi important d’identifier la lampe la plus appropriée pour les besoins d’éclairage que de la marier avec un ballast et un réflecteur qui permettent d’optimiser son efficacité.

Ainsi, la décision doit tenir compte au minimum des trois facteurs suivants: la lampe la plus efficace, le ballast le plus efficace et le réflecteur le plus efficace. Une bonne lampe avec un réflecteur médiocre ou moyen représente une mauvaise sélection.

Par exemple, un luminaire comprenant deux lampes économiques T8 de 32W peut générer 4 300 lumens et consommer 62W. Si le réflecteur n’est efficace qu’à 65 %, on obtient alors une efficacité du système de 45 lumens par watt (4 300 x 65 % / 62W).

Or, si l’on opte plutôt pour un ensemble efficace comprenant deux lampes T8 performantes de 28W, un ballast efficace qui générera 4 600 lumens et ne consommera que 48 watts, de même qu’un réflecteur qui a une efficacité optique de 85 %, on obtient alors une efficacité du système de 93 lumens par watt (4 600 x 85 % / 48W). C’est une situation doublement plus efficace, pour une différence de prix souvent faible.





Impliquez-vous dans la trousse

Les experts derrière ce chapitre

Comité d'experts

Architecte, MOAQ, professionnelle accréditée LEED BD+C Vouli Mamfredis Vouli Mamfredis
Studio MMA
Expert-conseil, B. Ing., M.Sc Francis Pronovost Francis Pronovost
Écobâtiment
Ingénieur énergéticien Guillaume Porcher Guillaume Porcher
Green e-motion

Mandat spécifique

  • Gilles Auger
    AQAIRS
  • David Bérubé
    Quantum Énergie
  • Jean-François Baril
    AQME
  • Paul Dupas
    Écobâtiment
  • Frédéric Genest
    PAGEAU MOREL
  • Jean-Philippe Jacques
    AQME
  • Paul-Alexandre Langlais
    Ambioner
  • Léa Méthé-Myrand
    Écobâtiment
  • Marie-Josée Roy
    AQAIRS
  • Marie-Ève Sirois
    Écobâtiment
  • Denis Tanguay
    CCÉG
  • Sonia Veilleux
    Ambioner
  • Nicolas Lacroix
    Ecosystem
Voir la liste complète
des experts de la trousse