L’architecture bioclimatique est une stratégie passive qui se veut adaptée au maximum à son site et à son environnement. Les stratégies et techniques d’une approche bioclimatique répondent aux mêmes enjeux que toute conception écologique d’un bâtiment : l’efficacité énergétique, le confort et la santé des occupants, l’utilisation de matériaux locaux et écoresponsables, la réduction de la consommation des ressources non renouvelables, la gestion efficace de l’eau, la gestion des déchets, la diminution des émissions de GES, la réduction de l’empreinte environnementale, etc. Cependant, elle propose généralement des solutions sans grande technologie. L’architecture passive peut en arriver à une consommation d’énergie nette nulle, c'est-à-dire un bâtiment dont la consommation énergétique est entièrement compensée par les apports solaires ou même par les calories émises par les habitants.

Ces mesures sont possibles au niveau de l’architecture bioclimatique :

  • Une conception bioclimatique essaie d’éviter l’utilisation de l’énergie fossile ou nucléaire, visant plutôt les énergies renouvelables et surtout le solaire passif. Dans notre climat il n’est pas évident de concevoir des bâtiments sans système mécanique, mais l’équipe de conception peut réduire les équipements mécaniques favorisant des stratégies passives (stockage d’énergie solaire dans une masse thermique, ventilation naturelle, éclairage naturel, géothermie passive, contrôle d’humidité par des matériaux, etc.). Exemple : Avec une enveloppe haute performance, une orientation optimale, une dalle de béton épaissie pour stocker l’énergie solaire et avec le contrôle de la surchauffe par le soleil avec des brise-soleils et des arbres, il est possible d’éliminer la climatisation dans certains bâtiments et de fournir une grande partie du chauffage avec les énergies renouvelables.
  • Les stratégies passives demandent une analyse du site et de l’environnement d’un bâtiment pour en tirer des avantages. Les questions d’orientation et d’emplacement deviennent cruciales. Une conception passive réussie est basée sur une compréhension approfondie du site : les vents et conditions atmosphériques, la morphologie, la végétation et l’accès au soleil.
  • Cette compréhension de l’environnement et du site doit être jumelée avec une bonne maîtrise du comportement et des interactions des différentes composantes d’un bâtiment. Le juste dimensionnement et emplacement des fenêtres, le choix du vitrage sont des considérations cruciales dans une conception passive où l’équilibre de l’ensemble ne peut pas être ajusté après coup par un calibrage d’équipements.
  • Même si l’isolation thermique de l’enveloppe du bâtiment ainsi que son étanchéité à l’air sont des stratégies fondamentales dans la conception d’un bâtiment éconergétique, elles deviennent absolument essentielles pour un bâtiment passif.


Outils mis à la disposition de la municipalité
:

Impliquez-vous dans la trousse

Les experts derrière ce chapitre

Comité d'experts

Architecte, MOAQ, professionnelle accréditée LEED BD+C Vouli Mamfredis Vouli Mamfredis
Studio MMA
Expert-conseil, B. Ing., M.Sc Francis Pronovost Francis Pronovost
Écobâtiment
Ingénieur énergéticien Guillaume Porcher Guillaume Porcher
Green e-motion

Mandat spécifique

  • Gilles Auger
    AQAIRS
  • David Bérubé
    Quantum Énergie
  • Jean-François Baril
    AQME
  • Paul Dupas
    Écobâtiment
  • Frédéric Genest
    PAGEAU MOREL
  • Jean-Philippe Jacques
    AQME
  • Paul-Alexandre Langlais
    Ambioner
  • Léa Méthé-Myrand
    Écobâtiment
  • Marie-Josée Roy
    AQAIRS
  • Marie-Ève Sirois
    Écobâtiment
  • Denis Tanguay
    CCÉG
  • Sonia Veilleux
    Ambioner
  • Nicolas Lacroix
    Ecosystem
Voir la liste complète
des experts de la trousse